<< Juillet 2017 >>
L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31            
Bouche de Métro
 

LA CATASTROPHE DU MÉTROPOLITAIN EN 1903

V- L'INCENDIE AU COMBAT - DEMANDE DE SECOURS





Arrivée à la station du Combat, le feu augmente d'intensité dans la motrice avant qui est arrêtée au milieu de la station. La queue du train reste engagée sous le tunnel.

Les agents de cette gare apportent à leur tour un extincteur et un seau d'eau. Le mécanicien cherche alors à isoler de nouveau les frotteurs de M202 au moyen de palettes de bois. L'eau jetée précédemment les a mouillées et elles sont donc conductrices. Elles s'enflamment à leur tour. L'incendie continuant, un agent demande de faire couper le courant. La demande est transmisepar téléphone à la sous-station de transformation de l'Étoile, via les stations d'Allemagne et del'Étoile. Celle-ci transmet l'ordre aux sous-stations de Barbès et du Père Lachaise, et le courant est coupé à 19h18. Le feu s'éteint.

Le courant est rétabli à 19h23. Le feu reprend de plus belle dès que l'électricité est admise dans la motrice avant. VINOT essaye de séparer la motrice de tête de la première voiture d'attelage. N'y arrivant pas, il passe dans la motrice de queue et la décroche de la rame. Il tente de démarrer la M233 mais le disjoncteur saute et l'inverseur brûle aussi. Avec le chef de train, VINOT décide de demander le secours du train suivant, la rame 52.

Le garde de queue de la rame 43 part porteur d'une demande écrite de secours (bulletin de détresse). Il doit la remettre au chef de train de la rame 52 arrêtée à ce moment en gare d'Allemagne. Celle-ci est prévenue en même temps par téléphone pour faire descendre les voyageurs sur ses quais.















Philippe & Gilles HOUDRY

 
<<  1 2 3 4 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16  >>
info-légales - contact -     © JBWebmastering  2008